blog - Une Histoire Familiale Centenaire: Les Secrets de Kruiden Claus

Une Histoire Familiale Centenaire: Les Secrets de Kruiden Claus

Quelle est l'histoire de Kruiden Claus et comment avez-vous commencé à travailler dans l’entreprise ?

L'histoire de Kruiden Claus apparaît clairement lorsque l'on regarde le logo. L'un de mes premiers coups de marketing a été d'ajouter "depuis 1900". Après tout, 1900 pourrait être le début attesté de l'entreprise qui est maintenant Kruiden Claus. Dans l'orangerie, il y a plusieurs diplômes et certificats de mes ancêtres. Ils datent des années 1800 et 1900. 

C'est Adolf Claus qui avait la main verte, dans le sens où il s'intéressait à la fois aux herbes et aux plantes alimentaires. Adolf est né et a grandi en Belgique, mais il n'y avait pas d'écoles d’horticulture à l'époque. Ce que vous deviez faire alors, si vous vouliez apprendre le métier, c'était de vous rendre à l'endroit où le métier était pratiqué. Cet endroit était la France, avec ses nombreux châteaux et jardins. Les jardins de ces châteaux étaient composés de splendeurs, bien sûr, mais surtout d'herbes aromatiques  et de plantes alimentaires. Le potager et le jardin d'herbes aromatiques étaient invariablement présents dans les jardins des châteaux.



Adolf a donc appris le métier là-bas. Il s'est ensuite arrêté un moment à Overijse - la fameuse région du raisin - pour apprendre la culture du raisin. Puis Il s'est installé à Kruishoutem, où se trouvait jusqu'à il y a environ 35 ans l'emplacement de Kruiden Claus.

Le fils d'Adolf, Auguste Claus, a également prouvé qu'il avait la main verte. Il cultivait des légumes et des herbes aromatiques. Il vendait aussi ces plantes sur le marché de Courtrai. 

L'entreprise a traversé des guerres mais a toujours survécu ; la famille a toujours continué à cultiver. Mon père, Christian Claus, était un autre fils à la main verte. C'est lui qui a mis l'histoire des herbes aromatiques sur la carte en Belgique. À cette époque, très peu d'herbes étaient cultivées, et celles qui étaient cultivées étaient les plus communes. Mon père a fait des expérimentations avec différentes variétés et a ainsi constitué un assortiment très élaboré. Il a également reçu un prix du ministre Lavens - qui était à l’époque  ministre de l’agriculture - pour son travail de pionnier. Mon père s'est toujours attaché à élargir l'assortiment le plus possible, au lieu de se concentrer sur la production à grande échelle. Ce faisant, il s'est principalement intéressé aux herbes culinaires, mais toujours en combinaison avec le composant médicinal.

Moi, je suis né en 1987. J'étais de la quatrième génération, mais je ne me suis jamais senti destiné à cultiver des herbes aromatiques. Nous étions trois enfants à la maison  et, quand j'étais petit , il y avait toujours des moments où nous devions aider. Ce n'était pas toujours avec beaucoup de bonne volonté mais nous l'avons fait, et de cette façon nous avons appris les principes de base du travail d'une part et les principes des herbes d'autre part.

Je suis ensuite allé à la collégiale de Waregem, puis j'ai fait une maîtrise en sciences commerciales à Gand. J'ai ensuite continué à travailler sur des sujets liés au droit à la VUB à Bruxelles. Mais à un moment donné, mon père est tombé très malade. C'était difficile pour nous en tant que pépinière. J'ai ensuite combiné mon année de master avec le travail à la pépinière. Puis j'ai découvert ma passion pour les herbes et j'ai commencé à développer ma propre histoire grâce à cela. Je me suis rendu compte que c'est une histoire de famille. Une histoire dans laquelle j’ai de belles et profondes racines  grâce à mes  ancêtres, et que j’ai la possibilité de continuer à faire vivre et croître dans le futur. Alors, au lieu de proposer une solution temporaire, je suis resté dans l'entreprise. Je pense que je suis dans le métier depuis environ 12 ans maintenant. Entre-temps, mon père a retrouvé la santé  et il reste encore actif à la pépinière. 
Nous en sommes donc à la quatrième génération, et jusqu'à ce jour, il s'agit toujours d'une histoire Père-Fils. Les générations précédentes étaient toutes innovantes, et j'essaie bien sûr de poursuivre l'histoire et de la faire évoluer en suivant cette voie. En termes de marketing, cela se traduira, entre autres, par le nom de la marque Fiston. C'est un hommage à nos ancêtres et cela permet de traduire notre large gamme de produits et de services en une structure plus claire. Depuis des années, nous cultivons bien plus que des herbes aromatiques, si bien que “herbes Claus” ne couvre plus vraiment tout le spectre. Nous cultivons également des fleurs comestibles , des légumes oubliés et des plants de fraises, mais nous faisons aussi beaucoup plus que cultiver. Nous recevons environ 60 à 70 groupes par an, nous organisons des ateliers et des événements. D'où une nouvelle présentation marketing pour les activités plus larges.


Y a-t-il une herbe particulière qui a toujours été au centre de cette histoire ?

La verveine citronnelle a toujours été une constante dans notre société. Les Français la connaissent principalement parce que c'est une herbe très savoureuse à l'arôme de citron - un parfum  et un goût de citron - qui a un goût et un parfum  meilleurs que le citron lui-même. Vous pouvez l'utiliser parfaitement dans le thé glacé ou les boissons alcoolisées, mais aussi dans les sorbets ou dans toutes sortes de préparations de poisson, c'est une herbe qui a une belle valeur ajoutée.

Mon père a cultivé quelques boutures de verveine citronnelle au début de sa carrière. Elles  proviennent toujours de l'espèce originale de France, donc cette herbe existe depuis le début de notre histoire. En ce moment, l'une de nos activités élargies est le développement de quelques boissons, dont la base est la verveine citronnelle, ce qui est très agréable d'un point de vue familial.



Quelles herbes donneriez-vous en cadeau, et pourquoi ?

Il y en a beaucoup ! Le thym, par exemple, est un bon cadeau. Le nom latin peut faire comprendre clairement ce point: thymus vulgaris. Thymus vient de thymon, qui signifie courage et fortitude. Les chevaliers et les soldats buvaient de la tisane de thym ou prenaient un bain de thym avant de partir à la bataille pour gagner en courage et en résistance. Ainsi, si vous souhaitez exprimer des voeux de courage et de force à quelqu'un, vous pouvez le faire avec une plante de thym ou une boisson à base de thym. Je l'ai déjà fait plusieurs fois lorsque quelqu'un se trouve dans une situation difficile. C'est peut-être un peu sentimental, mais la symbolique est belle.



Le romarin est aussi un bon choix. C'est l'herbe de l'amour, de la loyauté et du souvenir. Ainsi, le jour de la Saint-Valentin, le cadeau idéal pour son amoureux est un gros bouquet de romarin. La première année, il fonctionne parfaitement, la deuxième année moins. Et la troisième année, je n'ai pas encore essayé.

La menthe en est un autre bon exemple. Elle est un symbole de gratitude, , d'hospitalité et d'amitié. Elle trouve son origine dans le monde arabe et existe toujours sous forme de thé, mais son utilisation originale était de parfumer la maison lorsque des invités venaient. La menthe se cultivait  partout et il était facile de s'en procurer. On en prenait  quelques brins qu’on frottait  sur les cadres de porte, les tables et les chaises, en fait sur tout ce qui pouvait entrer en contact avec les invités. Le menthol lui donne une odeur rafraîchissante.

La sauge est également un bon cadeau. Ici, l'origine remonte au nom latin, salvia officinalis. L'origine de la Salvia remonte au mot "salvere", qui signifie "guérir". Il y a aussi le proverbe chinois "pourquoi les gens devraient-ils mourir quand la sauge pousse dans leur jardin ?". Donnez donc de la sauge lorsque vous souhaitez une bonne santé à quelqu'un.



Au début de Kruiden Claus, à l'époque des jardins des châteaux français, on réfléchissait beaucoup aux bienfaits des herbes pour la santé. Quel est votre point de vue à ce sujet aujourd'hui ?

Les herbes ont différentes fonctions. Le culinaire a toujours été là. L'aspect médicinal a en effet été particulièrement pertinent dans le passé. Ainsi, autrefois, on voyait principalement la combinaison de l'aspect culinaire et de l'aspect médicinal. À l'époque des jardins de château, les gens avaient besoin d'herbes pour rester en bonne santé, d'une part, et pour ajouter de la valeur nutritionnelle et du goût, d'autre part. 

À travers le temps, la fonction des herbes aromatiques a principalement évolué vers le culinaire. Les gens ont de moins en moins tenu compte de la fonction médicinale des herbes, mais on constate aujourd'hui que de plus en plus de personnes reviennent à la nature et à une alimentation saine. Les deux fonctions se rejoignent donc à nouveau et ce n'est pas illogique. Si l'on considère les principes de la santé, on se tourne automatiquement vers la nature. Si vous regardez les noms latins de nombreuses herbes, cela devient également clair. Vous avez donc à nouveau de la sauge, salvia officinalis. La traduction libre de officinalis est "de l'atelier des apothicaires". De nombreuses herbes portant le nom officinalis ont des propriétés  médicinales et sont utilisées depuis longtemps dans le monde de l'apothicaire. Il n'y a pas si longtemps - disons une quinzaine d'années - il y avait encore beaucoup de pharmaciens qui utilisaient des herbes séchées pour faire des préparations. 

Les gens l'ont abandonné parce qu'ils préféraient voir leurs médicaments dans une pilule ou un sirop, probablement en partie à cause du marketing. Aujourd'hui, nous constatons qu'il existe de nombreux produits à base de plantes. Certains  sirops contre la toux font référence au thym. Une variété africaine de géranium est même utilisée dans les sirops pour la toux des enfants. Il y a donc bien une tendance qui montre clairement que les plantes médicinales sont de nouveau prises en compte par le citoyen moyen et sont considérées comme crédibles. bien sûr, vous devez prendre note de ceci: Les herbes sont de toute façon bénéfiques et on peut dire médicinal mais il faut toujours se référer au monde médical. 

Bien sûr, il y a encore des non-croyants, mais si vous leur proposez de manger une plante toxique, je pense qu'ils seraient d'accord pour dire que les plantes ont effectivement un effet. Si quelque chose peut être mauvais, ça peut aussi bien être bon. Il ne s'agit pas nécessairement d'histoires et de sorcellerie.


Y a-t-il des herbes qui, plus que d'autres, peuvent être liées à une bonne santé ?

Il y a bien sûr les classiques comme  la gynécée, mais il ne faut pas toujours chercher bien loin. Je pense, par exemple, au romarin, une herbe que l'on consomme beaucoup et qui peut être liée à la santé. Il existe des histoires de personnes qui mangent quotidiennement  du romarin et qui sont toujours  en très bonne santé.

Ensuite, il y a l'herbe d'immortalité (Gynostemma pentaphyllum). Dans la province de Guizhou en Chine, il y a un nombre remarquable de centenaires. Une étude de ce phénomène remarquable a montré que ces personnes avaient un facteur en commun. Elle faisaient toutes du thé avec cette herbe.


Le thé est-il donc le meilleur moyen de profiter des bienfaits des herbes pour la santé ?

Comme Hippocrate est souvent cité, "Que la nourriture soit ton médicament". L'alimentation me semble toujours le moyen d'avoir la plus grande influence sur la santé. C'est aussi le moyen le plus simple, vous n'avez pas besoin de faire trop de déclarations et vous pouvez toujours rendre accessibles certaines propriétés bénéfiques. Si vous commencez à le spécifier de manière trop restrictive, vous risquez d'avoir des non-croyants et vous devrez bientôt faire face à des réglementations légales. L'alimentation me semble donc toujours être la meilleure solution.


Voyez-vous les avantages d'incorporer des herbes dans une boisson, comme Yugen le fait ?

Bien sûr. Je pense que c'est l'une des meilleures façons de vendre des herbes, et de les vendre de manière savoureuse ! Si vous souhaitez exprimer des voeux de courage et de fortitude à quelqu'un, il n'est pas nécessaire que ce soit un plant de thym, cela peut tout aussi bien être un Cherry Thyme kombucha.

Cela inclut les propriétés bénéfiques de la boisson elle-même, mais aussi des herbes. Le thym peut être puissant, il est aussi très antibactérien. La sauge possède également de nombreuses propriétés bénéfiques. Elle  est souvent utilisée en automne pour soulager les maux de gorge, mais c'est aussi un simple aromate. La sauge est également une herbe à très forte narrative, comme je l'ai mentionné précédemment.


Quelle est votre combinaison Yugen préférée ? (Nous avons montré à Lode toutes nos mélanges d'herbes)

Le Cherry Thyme a toujours été mon premier choix, mais maintenant que j'ai goûté le Strawberry Basil, ils occupent ensemble la première place !


Quelles sont les meilleures façons de combiner les herbes ?

D'un point de vue botanique, j'ai tendance à penser en termes de régions différentes. Il est alors souvent logique de combiner, par exemple, le thym, le romarin, la sauge et l'hysope, car ce sont toutes des herbes qui cultivent et sont utilisées dans la région méditerranéenne. Ce sont naturellement des combinaisons qui fonctionnent.

Les herbes asiatiques, quant à elles, ont généralement des saveurs très fortes. Elles  sont souvent en conflit les unes avec les autres. Mais si vous prenez des herbes au goût très doux et les combinez avec des herbes plus fortes, cela fonctionne. Dans la pratique, il existe parfois des combinaisons très surprenantes. Il existe des combinaisons auxquelles on ne penserait pas naturellement, mais qui sont pourtant parfaitement équilibrées. En fin de compte, il faut que cela convienne à vos papilles gustatives.

Parfois, vous pouvez également effectuer une recherche au sein de certaines espèces d'herbes. Le thym, par exemple, est une herbe très commune. Tout le monde connaît le thym classique, mais il existe aussi du thym citron, du thym orange... Il y a même du thym limonade maintenant. Prenez le thym citron, par exemple ; le combiner avec des agrumes semble très agréable. La même chose avec le thym orange. Cela pourrait être un match parfait.

Vous pouvez également créer de nombreuses subdivisions dans le monde des herbes. Vous pouvez le faire, par exemple, d'un point de vue botanique. Vous avez les plantes vivaces par rapport aux plantes annuelles, les plantes rustiques par rapport aux plantes non rustiques, les herbes à feuilles persistantes par rapport aux herbes à feuilles caduques... Mais vous pouvez également les classer en fonction des herbes méditerranéennes ou indigènes, par exemple, et ce qui est également très tendance en ce moment, ce sont les herbes de mer. Il s'agit de toutes sortes d'herbes qui poussent dans ou autour de la mer. La feuille d'huître, la salicorne et la banane de mer sont toutes des herbes qui entrent dans cette catégorie.


Le sol a-t-il également une incidence sur la qualité des herbes ?

Le sol a certainement une influence sur la qualité. D'une certaine manière, c'est logique. Le produit que nous cultivons est la matière végétale . Ce sont des plantes qui peuvent être cultivées en pleine terre, dans des bacs à légumes ou des pots. Elles  sont cultivées lentement, en terre et selon la saison. Ici, les propriétés bénéfiques, les saveurs et les arômes sont plus fortement présents  par rapport à la culture hydroponique, sur laquelle sont cultivées les herbes que vous trouvez au supermarché. La culture hydroponique est, comme son nom l'indique, basée sur l'eau. Ces herbes sont forcées en les cultivant avec de l'eau. elles  sont exposées à la lumière et chauffées, ce qui dilue un peu tous leurs  arômes..... Je parle ici, bien sûr, de deux extrêmes, mais les différents types de sol font également la différence.

Si vous regardez les régions de France où la lavande pousse, c'est souvent grâce à  des sols calcaires. Le calcaire libère beaucoup de nutriments et cela fait une différence. Alors oui, sol sableux, sol argileux... Les types de sol font vraiment une différence.



Constatez-vous des différences de popularité des herbes dans les différentes régions d'Europe ? Et cela est-il lié aux types de sol ou plutôt culturel ? 

C'est essentiellement culturel, mais c'est aussi lié à la température, par exemple, et à d'autres conditions. Le basilic, par exemple, est une herbe difficile à cultiver, mais en Italie, il pousse facilement. Cela s'explique par le fait que le climat méditerranéen de l'Italie est un peu plus chaud et plus stable en termes de température. En Belgique, l'herbe est également très connue et populaire, mais comme les températures sont trop instables et qu'il fait souvent trop froid la nuit, elle ne pousse pas facilement ici.

La popularité des épices est donc en partie liée aux conditions météorologiques, mais on constate une évolution dans ce domaine. À cet égard, la mondialisation fait du monde un grand village.

Pour se rapprocher un peu plus de chez nous, il nous est apparu qu'aux Pays-Bas, par exemple, les goûts sont quelque peu différents. La réglisse y est populaire, tout comme l'herbe à la réglisse. L'herbe à la réglisse est une herbe facile à cultiver qui a un goût de réglisse. Elle est très connue aux Pays-Bas. Les herbes asiatiques sont également plus populaires chez nos voisins du nord que chez nous. Cela est lié à la colonisation et à la grande partie de la population néerlandaise d'origine asiatique. Les herbes de citronnelle, de coriandre et de feuilles de kaffir de notre gamme sont très recherchées par nos clients néerlandais.


Quelle est l'herbe la plus facile à cultiver ?

L'herbe la plus facile est certainement la menthe. Il s'agit d'une herbe commune qui existe dans un très grand nombre de variétés. Dans notre pépinière, nous avons une trentaine de variétés, et elles ont toutes en commun d'être frugales. Le terme "frugale" signifie qu'elle pousse très facilement et qu'elle peut pousser parfaitement dans à peu près n'importe quel endroit et n'importe quel type de sol. Vous n'avez donc pas nécessairement besoin d'avoir la main verte pour faire pousser de la menthe. Au contraire, vous aurez la main verte en essayant de vous débarrasser de la menthe ! La menthe est donc très facile à cultiver, et c'est aussi une herbe très gratifiante à utiliser.



Quelles sont donc les herbes les plus spéciales de la gamme Herbs Claus ?

La verveine citronnelle reste le cheval de bataille. La mélisse est une herbe centrale à l'arôme de citron. Cependant, la verveine citronnelle est beaucoup plus raffinée et fraîche dans son arôme, et pourtant moins connue. Et donc il y a beaucoup d'herbes qui sont méconnues . La ciboulette chinoise, par exemple, a un goût plus prononcé que la ciboulette habituelle et possède également de belles fleurs comestibles. 

Un autre produit moins connu aujourd'hui, mais qui l'était dans le passé, est le sarriette. C'est une herbe qui pousse réellement quand on en a besoin. Ainsi, de nombreuses herbes sont en fait saisonnières. La sarriette d'hiver, comme son nom l'indique, pousse en hiver. A cette période de l’année, nous mangeons des plats lourds, ce qui est bien sûr lié à la tradition et à l'histoire. En hiver, il faut être plus robuste. Ces préparations lourdes sont généralement riches en graisses et donc difficiles à digérer. Les haricots en font également partie, et la sariette permet de mieux les digérer . Le meilleur exemple est le topinambour. C’est un légume-racine très difficile à digérer, et il peut provoquer de nombreuses flatulences. Combinez ce topinambour indigeste avec de la sarriette, dans une soupe par exemple, et vous obtenez tout d'abord un goût très agréable, mais la combinaison assure également une meilleure digestion. La nature est en fait très logique.

L'ail sauvage est une autre herbe qui rend cela évident. C’est  une plante qui pousse très tôt dans l'année. En allemand, on l'appelle "bärlauch", littéralement traduit par “l'ail de l'ours". Cela nous amène à la belle histoire suivante. Les ours hibernent. Quand ils sortent de l'hibernation, ils sont affaiblis, ils sont pleins de parasites. L'ail sauvage est l'une des premières herbes à émerger après l'hiver, et la première herbe que l'ours voit lorsqu'il sort de son hibernation. Et l'ail est l'une des herbes les plus purifiantes. L'ours se réveille, voit l'ail sauvage et le mange. Cela le débarrasse des parasites qu'il a accumulés  pendant son hibernation. Ainsi, l'ail sauvage est le produit de purification idéal.

L'hysope a également une belle histoire. L'hysope fait référence au psaume 51, qui se lit comme suit : "Lave-moi avec de l'hysope et je serai pur", mais ce n'est pas forcément important. Le psaume 52, en revanche, est important : "Achetez des herbes à Claus, et je me réjouirai."


C'est sur ces sages paroles que nous sommes heureux de conclure cette conversation.


Inscription à notre bulletin d'informations
 
Yugen Kombucha
EN | NL | FR
Promotion éhontée
Questions sur la webshop
Yugen VAT number: BE0721.820.447
Légal
Paiement